Portrait of the week #5 – Edouard Boubat

J’ai rencontré Boubat après avoir intégré l’Agence Rapho au milieu des années quatre-vingt, mais nous ne devînmes proches qu’après qu’il eut rencontré ma femme qui est, entre autres qualités, américaine. Boubat était un grand séducteur et à l’époque il avait jeté son dévolu sur une jeune américaine récemment arrivée à Paris et il désirait parler avec elle dans sa langue maternelle. Il s’est donc mis à venir dans notre petit appartement de Montmartre prendre le thé et des leçons d’anglais ou bien nous nous rendions dans son grand appartement derrière les Invalides (où j’ai pris un certain nombre de photos de lui, notamment celle avec son chat). C’est pendant cette période que nous avons échangé des photos : c’est ainsi que j’ai obtenu sa fameuse photo Leila et celle du Jardin du Luxembourg sous la neige.
Il était charmant et en admiration totale de ses propres photos mais d’une manière tellement naïve qu’elle était désarmante. En fait, il était amoureux de la beauté du monde – dont, bien sûr, faisaient partie ses photographies.
Boubat était un charmant papillon. Un jour la jeune américaine disparut de sa vie – et lui, plus ou moins, de la nôtre aussi.

François Le Diascorn

(english version)

EXPOSITION : ÉDOUARD BOUBAT Méditerranée Du 4 juin 2015 au 31 juillet 2015 – Galerie In Camera – 21 rue Las Cases – 75007 Paris

Publicités

2 réflexions sur “Portrait of the week #5 – Edouard Boubat

  1. Pingback: Portrait of the week #5 – Edouard Boubat | François Le Diascorn

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s