Portrait of the week #8 – Ralph Gibson

J’étais plus intéressé et par l’endroit et par les dames nues qui entouraient Ralph Gibson que par lui-même, photographe américain au surréalisme modéré qui dirigeait là un stage dans les carrières des Baux de Provence au début des années quatre-vingt. C’était un lieu extraordinaire où Jean Cocteau avait tourné Le Testament d’Orphée vingt ans auparavant et où s’était suicidé dix ans après, en se tirant un coup de fusil, un des pionniers des projections photographiques, Albert Plécy, dans ces lieux qu’il appelait une « cathédrale d’images ».

François Le Diascorn

(english version)

Publicités

Une réflexion sur “Portrait of the week #8 – Ralph Gibson

  1. Pingback: Portrait of the week #8 – Ralph Gibson | François Le Diascorn

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s